Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 16h30
Tel. 06 38 89 91 58

Posts by LigueBPL

Ferrari remporte la 92e édition des 24 Heures du Mans !

Ferrari, devant une affluence record de 329 000 spectateurs, décroche un 11e succès aux 24 Heures du Mans, le second de rang pour les 499P après la victoire de l’édition du Centenaire. Antonio Fuoco, Miguel Molina et Nicklas Nielsen sur la 499P #50 rejoignent ainsi au palmarès de la course leurs équipiers de la #51 (Alessandro Pier Guidi/James Calado/Antonio Giovinazzi) vainqueurs en 2023.

Après une édition marquée par la pluie, qui est venue rythmer l’épreuve à plusieurs reprises, c’est Ferrari qui s’impose à nouveau. Retour sur cette version 2024 inédite qui a vu 23 hypercars batailler en piste.

 

HYPERCARS : La 499P assied sa légende

Une surprenante Ferrari jaune
En tant que vainqueur sortant, Ferrari était évidemment attendu, et on se doutait que les 499P allaient se battre aux avant-postes de cette 92e édition. Toutefois, la plus surveillée du clan italien n’était probablement pas la #83 de Robert Kubica/Robert Shwartzman/Yifei Ye. Et pourtant.
Dès le départ, donné par Zinédine Zidane, les #50 et #51 sont les plus rapides. Nicklas Nielsen, sur la #50, prend la tête dès le premier tour. Il ne laisse pas à Laurens Vanthoor (Porsche 963 #6 Porsche Penske Motorsport) le plaisir d’ouvrir la piste. Dans la foulée, c’est Antonio Giovinazzi (Ferrari 499P #51) qui l’imite et passe le pilote belge. Le duo de Ferrari 499P à la robe rouge est aux commandes après seulement 13 minutes de course. Un peu plus loin, Robert Kubica (Ferrari 499P #83), parti 12e, pointe déjà à la cinquième place, à la faveur de premiers tours très incisifs.

Nous n’assistons pour autant pas à un récital des prototypes Ferrari, la météo capricieuse venant – une première fois – chambouler le scénario parfait qu’avaient imaginé les tifosis.
Aux environs de 17 h 40, la pluie fait sa première apparition pendant la course, obligeant les équipes à se positionner rapidement. Plusieurs hypercars chaussent, de manière très précoce, des pneumatiques pluie. C’est le cas chez Ferrari sur la #51, chez Porsche sur la #4 et chez Toyota sur la #7. Partie de l’Hyperpole, la 963 #6 emmenée par André Lotterer (qui relaie très tôt Laurens Vanthoor) fait aussi ce choix – qui se révèle ne pas être le bon. Celui qui survole la concurrence, c’est Robert Kubica. Sa 499P jaune est la seule à être équipée slicks, avec le composé le plus tendre. Dès lors, et avec une piste qui devient de plus en plus sèche, Robert Shwartzman le relaie et s’applique. Il s’échappe. Il construit son avance, seconde par seconde.
Une alerte sérieuse survient toutefois samedi soir. Peu avant 22 heures, la pluie est de retour et on se prépare dans les stands pour l’affronter à nouveau. Une fois encore, la stratégie est la bonne sur la #83. On choisit rapidement les pneus pour chaussée humide – comme sur la 963 #5 – et, avec une pluie persistante, les secondes se perdent par poignées pour les poursuivants : la Ferrari #83 tourne 30’’ plus vite au tour que ses opposants restés en slicks ! Mais tout bascule à 22 h 37. Robert Kubica revient à pleine vitesse sur la BMW M Hybrid V8 #15 de Dries Vanthoor. Ce dernier ne veut pas se faire prendre un tour, car rester dans la même boucle que le leader peut s’avérer décisif en cas de sortie des voitures de sécurité. Le contact envoie la machine allemande dans le mur. Elle est si fortement endommagée que Dries Vanthoor doit mettre pied à terre. Jugé coupable d’avoir tassé ce dernier, Robert Kubica écope de 30 secondes de pénalité lors de son arrêt suivant. Cette punition, purgée à 00 h 30, fait reculer l’hypercar jaune. Jamais elle ne sera revue en haut d’une feuille de classement (à 12 heures le dimanche, Yifei Ye l’immobilise devant son stand avant qu’elle ne soit rentrée, abandon).

L’attente
Se dessine une bataille à trois entre Porsche Penske Motorsport, Toyota Gazoo Racing et Ferrari AF Corse.
On ne retrouve pas l’unique Isotta Fraschini, qui connaît une très belle première participation, mais ne peut se battre devant. Dans le clan Lamborghini, les SC63 sont encore là, fiables, mais loin. BMW non plus ne peut pas fêter de la meilleure manière le 25e anniversaire de la victoire de la V12 LMR. La M Hybrid V8 #15 est éliminée suite au contact avec la Ferrari 499P #83. La #20, elle, était déjà hors séquence dès le début de l’épreuve, avec plusieurs problèmes techniques pour ce grand retour.
Dans la nuit, on ne compte malheureusement plus de forces françaises capables de gagner, Alpine ayant rencontré des difficultés en début de soirée avec ses moteurs, et Peugeot ayant quitté le tour de tête après seulement 2 h 45 d’épreuve.
Des hypercars encore dans le coup (elles sont encore une dizaine à minuit), c’est la Toyota GR010 Hybrid #8 Toyota Gazoo Racing de Sébastien Buemi/Brendon Hartley/Ryo Hirakawa qui traverse la nuit devant. Sur toutes les feuilles de chronométrage officielles, de 1 heure à 9 heures du matin, la machine nippone est au top. Comme dans la plus pure tradition des 24 Heures du Mans, ce cavalier nocturne permet-il à Toyota de construire sa victoire ? Non. La lecture brute des résultats est un leurre. Car cette édition 2024 est imprévisible.
En réalité, le trio Ferrari-Porsche-Toyota se toise, s’observe, se défie. Mais les pilotes ne se battent pas. Les conditions météorologiques effroyables poussent la direction de course à faire sortir les voitures de sécurité. Le Mans est en pause. Pour mieux repartir.
Les pilotes sont comme des lions en cage et espèrent des conditions meilleures pour partir en chasse. Impossible de dépasser, impossible de faire parler ses arguments. Il faut être appliqué, essayer de bien économiser le carburant et ne pas faire d’erreur dans les stands. Certains pilotes bavardent avec leur ingénieur à la radio, pour vaincre l’ennui et la monotonie. D’autres apprécient ce calme, qui n’est que temporaire. Car le sprint va redémarrer.

L’emballage final
À sept heures du but, 11 voitures sont encore dans le tour de tête et peuvent prétendre à la victoire. Il ne pleut plus : la bataille est intense au sein de ce peloton, avec des affrontements multiples. On se rend coup pour coup entre hypercars.
Toutes les marques ne répondent pas présentes. Cadillac perd deux voitures. Fuite d’huile sur la Cadillac V-Series.R #3 (Sébastien Bourdais/Renger van der Zande/Scott Dixon) et accident spectaculaire pour Pipo Derani sur la Cadillac V-Series.R #311.
Porsche aussi souffre. La 963 #4 percute le mur de pneus à Indianapolis (avec Felipe Nasr). Au rythme, les 963 #5 et #6 semblent moins à l’aise. Les pilotes ne parviennent pas à hausser leur niveau pour chercher les dixièmes qui font la différence.
Le rythme s’accélère à l’entame des quatre dernières heures. Longtemps c’est le 46e tour d’Antonio Fuoco en 3’29’’208 qui est resté le meilleur temps. Mais à 12 h 15, la marque tombe. Alex Palou (Cadillac V-Series.R #2 Cadillac Racing) impressionne : 3’28’’938 au 253e tour – avant que Kamui Kobayashi (Toyota GR010 Hybrid #7) n’améliore en 3’28’’756 au passage suivant.
Un peu avant 14 heures, la pluie revient. Doucement, d’abord, puis de manière plus intense dans tout le premier secteur, de la ligne droite jusqu’à la chicane Daytona. Certains craquent. Brendon Hartley part à la faute à Mulsanne avec la Toyota GR010 Hybrid #8 suite à un contact avec Alessandro Pier Guidi (Ferrari 499P #51). A 16 h, c’est donc la Ferrari 499P #51 qui franchit la ligne en premier, devançant la Toyota GR010 Hybrid #7 et la Ferrari 499P #50.

LMGT3

Avec neuf marques représentées au départ de la première édition accueillant des voitures répondant au règlement LMGT3, le résultat était difficile à prédire. Plusieurs constructeurs ont tenu la tête au long de l’épreuve. McLaren, avec l’Hyperpole de la 720S LMGT3 Evo2 #70 Inception Racing de Brendan Iribe/Ollie Millroy/Frederik Schandorff pouvait répéter l’histoire (la victoire au général de McLaren en 1995 a été décrochée à l’issue d’une édition marquée par la pluie). Les #59 et #95 de l’équipe United Autosports (dont les numéros sont des clins d’œil directs à cette épopée) n’ont pas suffi.
Lexus a été très en vue, avec les RC F LMGT3 #78 et #87 Akkodis ASP Team. Une première encourageante pour la plus ancienne des GT3 au départ, dont le remplacement est prévu en 2026.
On a cru à l’exploit de Valentino Rossi, engagé sur la BMW M4 GT3 #46. Le multiple champion de Moto GP a mené la course, bien aidé par le travail de Maxime Martin, impeccable au départ. Mais Ahmad Al Harthy a perdu le contrôle de la bavaroise en sortie de stands, et a trop endommagé la voiture pour continuer. La #31 est la seule rescapée du clan WRT.
Les grands débuts des Ford Mustang ont été remarqués, Proton Competition exploitant parfaitement des voitures qu’il connaît encore peu. Il reviendra, on peut en être certain, pour gagner.
L’équipe Iron Dames a fait preuve d’une belle régularité, menant la course par moments. Mais c’est à Porsche que revient cette 92e édition. La #92 (comme un symbole) tenait la course mais a rencontré des problèmes de boîte de vitesses. La #91 a pris le relai, avec Yasser Shahin/Morris Schuring/Richard Lietz. Le rythme imposé pendant l’épreuve a repoussé l’opposition à un tour (à l’exception de la BMW M4 GT3 #31).

LMP2

Ouverte, imprévisible, la catégorie LMP2 a de nouveau été animée, avec plusieurs équipes ayant joué un rôle tout au long des 24 heures. Au départ, c’est l’Hyperpoleman Louis Delétraz sur son Oreca 07-Gibson #14 d’AO by TF qui se montre. Mais, au fil des relais de ses équipiers et selon les stratégies des autres équipes, la hiérarchie change. La #10 Vector Sport (Ryan Cullen/Patrick Pilet/Stéphane Richelmi) et la #183 AF Corse (François Perrodo/Ben Barnicoat/Nicolas Varrone) sont en pointe.
Déjà heureux et victorieux en Sarthe, Ben Keating connaît un premier relai compliqué et sort à plusieurs reprises. Associé à Filipe Albuquerque et Ben Hanley, il compose un équipage très en vue.
Le dimanche, ce sont les équipes Inter Europol Competition (avec la #34) et Cool Racing (avec la #37) qui se distinguent. Mais au damier, et pour la première fois depuis 2020, United Autosports renoue avec le succès.

Rendez-vous les 14 et 15 juin 2025 pour vivre la 93e édition des 24 Heures du Mans !

Top 5 au classement général :
1. Ferrari 499P #50 Ferrari AF Corse – Antonio Fuoco / Miguel Molina / Nicklas Nielsen – 311 tours
2. Toyota GR010 Hybrid #7 Toyota Gazoo Racing – José María López / Kamui Kobayashi / Nyck de Vries – + 14’’221
3. Ferrari 499P #51 Ferrari AF Corse – Alessandro Pier Guidi / James Calado / Antonio Giovinazzi – + 36’’730
4. Porsche 963 #6 Porsche Penske Motorsport – Kévin Estre / André Lotterer / Laurens Vanthoor – + 37’’897
5. Toyota GR010 Hybrid #8 Toyota Gazoo Racing – Sébastien Buemi / Brendon Hartley / Ryo Hirakawa – + 1’02’’824

Les vainqueurs des autres catégories :
LMP2 : Oreca 07-Gibson #22 United Autosports – Oliver Jarvis / Bijoy Garg / Nolan Siegel – 296 tours
LMGT3 : Porsche 911 GT3 R LMGT3 #91 Manthey EMA – Yasser Shahin / Morris Schuring / Richard Lietz – 280 tours

Les abandons :
• Ferrari 296 LMGT3 #54 Vista AF Corse – Thomas Flohr / Francesco Castellacci / Davide Rigon – Sortie de piste
• Alpine A424 #35 Alpine Endurance Team – Paul-Loup Chatin / Ferdinand Habsburg-Lothringen / Charles Milesi – Moteur cassé
• Oreca 07-Gibson #9 Proton Competition – Jonas Ried / Maceo Capietto / Bent Viscaal
• Alpine A424 #36 Alpine Endurance Team – Nicolas Lapierre / Mick Schumacher / Matthieu Vaxivière – Moteur cassé
• BMW M Hybrid V8 #15 BMW M Team WRT – Dries Vanthoor / Raffaele Marciello / Marco Wittmann – Accrochage
• BMW M4 LMGT3 #46 Team WRT – Ahmad Al Harthy / Valentino Rossi / Maxime Martin – Sortie de piste
• Oreca 07-Gibson #30 Duqueine Team – John Falb / James Allen / Jean-Baptiste Simmenauer (LMP2 Pro/Am) – Casse moteur
• Ferrari 296 LMGT3 #66 JMW Motorsport – Giacomo Petrobelli / Larry ten Voorde / Salih Yoluc
• Oreca 07-Gibson #45 Crowdstrike Racing by APR – George Kurtz / Colin Braun / Nicky Catsburg (LMP2 Pro/Am)
• Aston Martin Vantage AMR LMGT3 #27 Heart Of Racing – Ian James / Daniel Mancinelli / Alex Riberas – Sortie de piste
• Porsche 963 #4 Porsche Penske Motorsport – Mathieu Jaminet / Felipe Nasr / Nick Tandy – Sortie de piste
• McLaren 720S LMGT3 Evo #95 United Autosports – Hiroshi Hamaguchi / Nicolas Pino / Marino Sato
• McLaren 720S LMGT3 Evo #59 United Autosports – James Cottingham / Nicolas Costa / Grégoire Saucy
• Cadillac V-Series.R #3 Cadillac Racing – Sébastien Bourdais / Renger van der Zande / Scott Dixon – Casse moteur
• Ferrari 499P #83 AF Corse – Robert Kubica / Robert Shwartzman / Yifei Ye – Problème du système hybride

Meilleur tour en course :
Kamui Kobayashi sur la Toyota #7, 3’28’’756 (254e tour).

ACO

Circuit_24HduMans_Classement_Final_2024

Lire la suite

Porsche Penske Motorsport décroche l’hyperpole des 24 Heures du Mans

L’Hyperpole des 24 Heures du Mans a vu cinq constructeurs s’affronter pour décrocher la meilleure place sur la grille de la 92e édition, qui s’élancera samedi à 16 heures.

C’est Kévin Estre (Porsche 963 #6 Porsche Penske Motorsport) qui décroche l’Hyperpole, au terme d’une séance de 30 minutes qui a permis une fois encore de voir du très beau spectacle en piste. En LMP2, AO by TF est l’équipe la plus rapide grâce à Louis Delétraz. À Brendan Iribe (McLaren 720S LMGT3 Evo2 #70 Inception Racing) le meilleur temps de cette première Hyperpole de l’ère LMGT3.

Kévin Estre sur le fil
Lorsque la séance est lancée, Dries Vanthoor est le premier à prendre la piste. Comme hier lors de la séance de qualification, le pilote belge s’empresse de rejoindre l’asphalte sarthois pour bénéficier de la piste la plus claire possible. Il se lance pour son premier tour chronométré avec Antonio Fuoco (Ferrari 499P #50) à quelques encablures seulement. Sur la ligne, Vanthoor est en 3’26’’701, rapidement délogé par les deux Ferrari 499P, la #51 d’Alessandro Pier Guidi devant la #50 d’Antonio Fuoco.

Certains pilotes entament alors un deuxième tour lancé. C’est le cas pour Antonio Fuoco, qui passe en 3’25’’598, mais est dépossédé de la première place par Sébastien Bourdais (Cadillac V-Series.R #3). Le Français est en 3’25’294, au prix d’un excellent dernier secteur. Il enfonce le clou : 3’24’’816. Le public salue par des applaudissements sa performance.

Déjà auteur d’une sortie de piste à Indianapolis hier lors de la deuxième séance d’essais, Dries Vanthoor récidive. La séance est interrompue alors qu’il reste 7’41. À la relance, Sébastien Bourdais ne repart pas, son équipe décidant de ne pas aller tenter le diable. Les autres en revanche se lancent dans un tour de la dernière chance.

Dans les dernières secondes, Alex Lynn (Cadillac V-Series.R #2 Cadillac Racing) et Kévin Estre (Porsche 963 #6 Porsche Penske Motorsport) améliorent coup sur coup à l’avantage de ce dernier. Kevin Estre décroche l’Hyperpole pour la Porsche 963 #6 qu’il partage avec André Lotterer et Laurens Vanthoor.

Les résultats de l’hyperpole HYPERCAR :
1. Porsche 963 #6 Porsche Penske Motorsport – Kévin Estre* / André Lotterer / Laurens Vanthoor -3’24’’634

2. Cadillac V-Series.R #2 Cadillac Racing – Earl Bamber / Alex Lynn* / Alex Palou – 3’24’’782

3. Cadillac V-Series.R #3 Cadillac Racing – Sébastien Bourdais* / Renger van der Zande / Scott Dixon – 3’24’’816

4. Ferrari 499P #51 Ferrari AF Corse – Alessandro Pier Guidi* / James Calado / Antonio Giovinazzi – 3’25’’156

5. Ferrari 499P #50 Ferrari AF Corse – Antonio Fuoco* / Miguel Molina / Nicklas Nielsen – 3’25’’598

6. Alpine A424 #35 Alpine Endurance Team – Paul-Loup Chatin* / Ferdinand Habsburg-Lothringen / Charles Milesi – 3’25’’713

7. Porsche 963 #12 Hertz Team JOTA – William Stevens / Norman Nato / Callum Ilott – non partante

8. BMW M Hybrid V8 #15 BMW M Team WRT – Dries Vanthoor* / Raffaele Marciello / Marco Wittmann – chronos annulés

 

Delétraz contre Delétraz
Louis Delétraz (Oreca 07-Gibson #14 AO by TF) est le premier à réaliser un temps significatif en 3’35’’620. Au fil de ses passages, il améliore pour atteindre un 3’33’’994. Alors que le drapeau à damier est agité, l’Hyperpole LMP2 est décrochée par Job van Uitert (Oreca 07-Gibson #28 IDEC Sport)… mais il ne faut pas plus de trois secondes pour que Louis Delétraz reprenne son bien. Son temps final : 3’33’’217.

Deux fois deuxième de la catégorie LMP2 (en 2022 et 2023), il montre ses ambitions et sa motivation pour faire encore mieux cette année.

Les résultats de l’hyperpole LMP2 :
1. Oreca 07-Gibson #14 AO by TF – PJ Hyett / Louis Delétraz* / Alex Quinn – 3’33’’217

2. Oreca 07-Gibson #28 IDEC Sport – Paul Lafargue / Job van Uitert* / Reshad de Gerus – 3’33’’827

3. Oreca 07-Gibson #65 Panis Racing – Rodrigo Sales / Mathias Beche* / Scott Huffaker – 3’34’’053

4. Oreca 07-Gibson #23 United Autosports USA – Ben Keating / Filipe Albuquerque / Ben Hanley* – 3’34’’221

5. Oreca 07-Gibson #22 United Autosports – Oliver Jarvis* / Bijoy Garg / Nolan Siegel – 3’34’’270

6. Oreca 07-Gibson #37 Cool Racing – Lorenzo Fluxa / Malthe Jakobsen* / Ritomo Miyata – 3’34’’773

7. Oreca 07-Gibson #33 DKR Engineering – Alexander Mattschull / Rene Binder / Laurents Hörr* – 3’35’’699

8. Oreca 07-Gibson #10 Vector Sport – Ryan Cullen / Patrick Pilet* / Stéphane Richelmi – 3’35’’855

 

McLaren en hyperpole du LMGT3 pour le retour
Comme l’impose le règlement, c’est le pilote catégorisé Bronze de chaque équipage qui doit réaliser la séance Hyperpole. Parmi les huit pilotes au départ, c’est Brendan Iribe (McLaren 720S LMGT3 Evo2 #70 Inception Racing) qui offre à McLaren l’Hyperpole LMGT3 inaugurale !

La séance débute avec Aliaksandr Malykhin (Porsche 911 GT3 R LMGT3 #92 Manthey PureRxcing) devant, seul à rouler en moins de quatre minutes lors de son premier tour lancé (3’59’’695). Le deuxième passage est marqué par des améliorations. Brendan Iribe (McLaren 720S LMGT3 Evo2 #70 Inception Racing) passe en tête, suivi de Giacomo Petrobelli (Ferrari 296 LMGT3 #66 JMW Motorsport). Mais le premier nommé part à la faute à 13 minutes de la fin au niveau du raccordement, alors qu’il avait amélioré tous les secteurs. Une simple alerte. Après 30 minutes, il reste le plus rapide. Une belle performance pour la marque victorieuse en 1995 qui effectue cette année son grand retour.

Les résultats de l’hyperpole GT3 :
1. McLaren 720S LMGT3 Evo2 #70 Inception Racing – Brendan Iribe* / Ollie Millroy / Frederik Schandorff – 3’58’’120

2. Porsche 911 GT3 R LMGT3 #92 Manthey PureRxcing – Aliaksandr Malykhin* / Joel Sturm / Klaus Bachler – 3’58’’928

3. Ferrari 296 LMGT3 #66 JMW Motorsport – Giacomo Petrobelli* / Larry ten Voorde / Salih Yoluc – 3’58’’938

4. Ford Mustang LMGT3 #77 Proton Competition – Ryan Hardwick* / Zacharie Robichon / Benjamin Barker – 3’59’’443

5. Aston Martin Vantage AMR LMGT3 #27 Heart Of Racing – Ian James* / Daniel Mancinelli / Alex Riberas – 3’59’’655

6. Aston Martin Vantage AMR LMGT3 #777 D’STATION Racing – Satoshi Hoshino* / Erwan Bastard / Marco Sorensen – 4’02’’787

7. Corvette Z06 LMGT3.R #82 TF Sport – Hiroshi Koizumi* / Sébastien Baud / Daniel Juncadella – 4’03’’681

8. Lamborghini Huracan LMGT3 Evo2 #60 Iron Lynx – Claudio Schiavoni* / Matteo Cressoni / Franck Perera – 4’06’’495

Le pilote qui a effectué le temps de l’Hyperpole est signalé par une astérisque : (*)

 

L’hyperpole, un format qui souriait à Toyota
Depuis la mise en place du format Hyperpole en 2020, Toyota est le constructeur qui s’est le plus illustré dans cet exercice de recherche de la performance pure. Trois années de rang – de 2020 à 2022 – une Toyota a enlevé l’Hyperpole. D’abord avec Kamui Kobayashi (2020 et 2021) puis avec Brendon Hartley (2022). L’Hyperpole d’Antonio Fuoco en 2023 est venue briser cette série.

Cette année, pour la 92e édition, Toyota n’a pas pu se mêler à la fête. La Toyota GR010 Hybrid #8 de Sébastien Buemi/Brendon Hartley/Ryo Hirakawa n’est pas parvenue à se hisser dans les huit premiers hier soir, lors de la séance qualificative. La voiture sœur a vu elle tous ses temps être effacés comme cela est prévu par le règlement, Kamui Kobayashi causant une interruption de séance suite à sa sortie de piste au virage du Karting. La séance d’Hyperpole 2024 fut ainsi la toute première sans aucune Toyota.

ACO

Lire la suite

24 Heures du Mans – Journée Test

Porsche Penske Motorsport donne le tempo

Les Porsche officielles ont imprimé le rythme de cette journée d’essais des 24 Heures du Mans. Sans surprise, Toyota et Ferrari semblent également à leur aise. Les Alpine et les Peugeot ont été discrètes côté chronomètre.

Six heures, c’est le temps dont bénéficiaient les 62 concurrents ce dimanche pour mener leurs essais avant la première séance officielle mercredi. Pas de temps à perdre : il faut qualifier les pilotes débutants (ceux-ci ont dix tours à parcourir), il est temps de résoudre les derniers problèmes techniques, de faire des essais de consommation et de dégrossir les réglages de la voiture. C’est beaucoup de travail à réaliser tout en donnant du temps de roulage aux trois pilotes qui composent l’équipage, en jonglant avec les essais de procédure de sécurité prévus par les autorités sportives, et avec les éventuelles interruptions de séance.

L’ancien pilote de Formule 1 Brendon Hartley entamait l’après-midi sur un rythme soutenu (3’27’’921 dès son 1er tour lancé) au volant de la Toyota GR010 Hybrid #8. Kévin Estre (Porsche 963 #6) signait le meilleur temps provisoire deux tours plus tard en 3’26’’907. Oliver Jarvis plaçait l’Oreca #22 à l’avant du plateau LMP2 en 3’34’’704. Chez les LMGT3, la barre des 4 minutes au tour était franchie par quelques concurrents dès ce tout début de session.

Le drapeau rouge était brandi à 16 h 16 à la suite de la sortie de piste de Stéphane Richelmi dans le virage d’Indianapolis (Oreca 07-Gibson #10 Vector Sport). Pendant ce temps, l’équipe Akkodis ASP Team travaillait sur la Lexus #78, en proie à des problèmes d’embrayage. C’est plus grave encore pour l’Hypercar BMW #15 qui passe les deux premières heures d’essais immobilisée pour un changement du V8 P66/3 de la marque bavaroise, avant de prendre la piste au début de la dernière heure.

Le top 5 du classement général à l’issue de la seconde séance :
1. Porsche 963 #6 Porsche Penske Motorsport – Kévin Estre / André Lotterer / Laurens Vanthoor – 3’26’’907

2. Porsche 963 #4 Porsche Penske Motorsport – Mathieu Jaminet / Felipe Nasr / Nick Tandy – 3’27’’142

3. Toyota GR010 Hybrid #8 Toyota Gazoo Racing – Sébastien Buemi / Brendon Hartley / Ryo Hirakawa – 3’27’’615

4. Porsche 963 #5 Porsche Penske Motorsport – Matt Campbell / Michael Christensen / Frédéric Makowiecki – 3’27’’773

5. Ferrari 499P #50 Ferrari AF Corse – Antonio Fuoco / Miguel Molina / Nicklas Nielsen – 3’28’’014

Les meilleurs chronos des deux autres catégories :
LMP2 : Oreca 07-Gibson #22 United Autosports – Oliver Jarvis / Bijoy Garg / Nolan Siegel – 3’34’’704

LMGT3 : Corvette Z06 LMGT3.R #82 TF Sport – Hiroshi Koizumi / Sébastien Baud / Daniel Juncadella – 3’59’’883

Les voitures retrouveront la piste seulement mercredi, mais vous pourrez les admirer de près dès mardi lors de la visite des stands (14 heures – 18 heures, séance de dédicaces de 14 à 15 heures). Accessible avec un simple billet Enceinte générale.

ACO

Lire la suite

L’ASAC Bourgogne recherche des commissaires

Une fois n’est pas coutume, nous mettons aujourd’hui nos pieds en dehors du territoire géographique de la Ligue pour venir en aide à nos confrères de Bourgogne.

L’ASAC Bourgogne est en effet à la recherche de commissaires pour assurer la sécurité de ses épreuves :

  • TROPHEE TOURISME ENDURANCE, au circuit Dijon Prenois, 5, 6 et 7 juillet 2024
  • PORSCHE SPRINT CHALLENGE France 2, au circuit Dijon Prenois, 19 et 20 juillet 2024

Amis commissaires, merci d’avance pour votre engagement. Vous trouverez ci dessous les documents officiels :

Circuit_Dijon_Porsche_Commissaires_2024

Circuit_Dijon_TTE_Commissaires_2024

Lire la suite

Slalom de Vannes – Présentation

Avec le concours de l’ASA Maine Bretagne, l’AMCM organise son 25ème Slalom de Vannes dans la zone du Prat les 22 et 23 juin 2024.

Par rapport à l’année dernière et suite aux remarques des concurrents, le parcours a été modifié et le demi-tour se fera dans une zone comportant un dégagement plus grand ; l’accès piéton est canalisé dans la zone du départ. Le reste du tracé reste inchangé.
Ce parcours d’une longueur de 1800 m a été apprécié par un grand nombre de concurrents de part sa diversité et sa fluidité.
Après des essais libres de 9h à 11h et des essais chrono de 11h à 12h15, le slalom se déroulera en 4 manches de course à partir 14h.
Le slalom compte pour la coupe de France des slaloms FFSA, le championnat de la Ligue Bretagne Pays de Loire des Slaloms 2024 et pour participer ou non à la Finale à Beaucaire.
Les vérifications administratives et techniques se dérouleront le samedi après-midi.
L’engagement est de 90 €.

Le groupe Loisir vous attend pour vous faire plaisir sur un parcours sécurisé avec votre voiture de tous les jours. Vous devrez vous munir d’un certificat médical de non contre-indication à la pratique du sport automobile, de votre permis de conduire, assurance, contrôle technique et de la carte grise.
Pour les pilotes d’un jour vous avez la possibilité de prendre une licence à la journée (TPRS).
Pour le groupe Loisir le tarif de l’engagement est de 90€ plus une licence à la journée de 46€.

Organisateurs dans l’âme, nous comptons sur votre motivation pour venir nombreux partager notre passion.

Les documents officiels sont disponibles ICI.

AMCM

Lire la suite

Voici les 186 pilotes des 24 Heures du Mans 2024

IMG 7423

Les 15 et 16 juin prochain, la 92e édition des 24 Heures du Mans mettra à l’épreuve les plus grands constructeurs mondiaux. La quatrième manche du FIA WEC promet d’être des plus passionnantes. Ce lundi 6 mai, la liste des pilotes engagés se révèle ; voici un résumé des éléments à retenir.

L’Hypercar au sommet
La catégorie reine comptera pas moins de 23 voitures engagées par neuf constructeurs différents : Ferrari, Alpine, BMW, Isotta Fraschini, Peugeot, Lamborghini, Cadillac, Toyota et Porsche. Ce rassemblement de grands noms du sport automobile s’accompagnera de la présence de pilotes au palmarès fourni en endurance. Sébastien Buemi et ses quatre triomphes aux 24 Heures, André Lotterer et ses trois succès, ou Kévin Estre, vainqueur du championnat FIA WEC et de la classique mancelle dans sa catégorie. Sans aucun doute, l’affrontement s’annonce historique.

Les LMGT3 en grande pompe
Si la classe Hypercar attire l’attention de beaucoup, la nouvelle catégorie LMGT3 n’est certainement pas moins intéressante. Introduite en 2024, elle est composée de 23 voitures signées par neuf marques : Aston Martin, Ford, BMW, Lamborghini, Porsche, Lexus, Ferrari – avec un tout nouveau modèle, Corvette et McLaren, soit davantage de firmes de premier plan. La présence des LMGT3 en piste, couplée aux Hypercars, assurera une diversité rarement vue aux 24 Heures du Mans. Les habitués du GT ne seront pas perdus, à l’image de Thomas Flohr, sept participations au compteur, alors que d’autres géants feront leurs débuts sur la scène. C’est le cas de Kelvin van der Linde, spécialiste du Grand Tourisme depuis plus d’une décennie.

Du nouveau en LMP2
La catégorie LMP2, toujours très disputée, est là pour offrir un grand spectacle. Avec 16 prototypes au départ, les grands pilotes ne manquent pas. On y retrouve d’anciens vainqueurs de classe aux 24 Heures comme Ben Keating et François Perrodo, mais aussi, de plus jeunes talents en soif de victoire : Louis Delétraz en pointe, lui qui figurait deuxième sur les deux dernières éditions. Fabio Scherer, cette fois chez Nielsen Racing, tentera tout pour remporter l’épreuve comme en 2023. Avec des équipes du niveau de United Autosports ou d’Inter Europol Competition, c’est l’assurance d’une course de très haut rang.
De la Formule 1 aux 24 Heures
De nombreux anciens pilotes de Formule 1 perpétuent la tradition. Depuis la création du championnat de monoplaces en 1950, les héros viennent disputer la classique mancelle et l’édition 2024 ne fait pas exception à la règle. Jenson Button, champion du monde de F1 en 2009, représentera haut les couleurs d’Hertz Team Jota en Hypercar. Il ne sera pas le seul issu du monde de la monoplace au départ de la 92e édition. Antonio Giovinazzi, vainqueur en 2023 sur Ferrari, compte bien réitérer. Robert Kubica, Nyck de Vries, Romain Grosjean et Mick Schumacher, entre autres, s’ajoutent à une liste de transfuges déjà bien fournie.

Une Lamborghini rose
C’est le retour des Iron Dames, avec un nouvel équipage et une nouvelle voiture. Pour la saison 2024 du championnat FIA WEC, la formation a choisi une Lamborghini Huracan LMGT3 Evo2 pour se défendre. Doriane Pin, véritable espoir français en monoplace et déjà présente au Mans par le passé, rejoindra Sarah Bovy et Michelle Gatting pour compléter un trio de choc. En novembre 2023, les Iron Dames avaient remporté les 8 Heures de Bahreïn, une première pour un trio féminin à ce niveau de compétition. Les 15 et 16 juin, elles vont tenter d’ajouter une nouvelle ligne à leur palmarès.

Un nonuple champion du monde au départ
La grille LMGT3 est marquée par la présence de Valentino Rossi, neuf fois champion du monde des Grands Prix motos. Après un passage remarqué en GT – dont une apparition en Sarthe pour Road to Le Mans en 2023, « The Doctor » désire imposer sa BMW M4 LMGT3 du Team WRT avec ses coéquipiers Ahmad Al Harthy et Maxime Martin. Le challenge est grand, mais il pourra compter sur ses nombreux fans. Les trois hommes sont montés sur le podium lors des 6 Heures d’Imola, deuxième manche du championnat du monde FIA WEC 2024. Nul doute qu’il sera sous le feu des projecteurs à l’instar de la catégorie dans laquelle il évoluera.

Rendez-vous le samedi 15 juin prochain, à 16 heures, pour le grand départ de la 92e édition des 24 Heures du Mans !

Télécharger la liste des engagés.

 

Les dernières places pour assister aux Essais, à l’Hyperpole et aux concerts de Louise Attaque et BigFlo & Oli !

Après avoir annoncé que les billets Entrée Semaine – Course et Week-End Course étaient épuisés, l’ACO informe que les dernières places pour assister aux Essais, à l’Hyperpole et pour profiter des concerts du mercredi et du jeudi sont disponibles. Ces billets sont compatibles avec l’offre Green Ticket, qui permet de valoriser les modes de transport doux.

Rendez-vous sur https://ticket.24h-lemans.com/content pour réserver vos billets !

Lire la suite

Slalom d’Ancenis – Présentation

Après une année blanche, L’ASA Nantes Atlantique organisera de nouveau deux Slaloms Poursuite sur la piste d’Ancenis le Samedi 11 et Dimanche 12 Mai 2024.

L’ASA Nantes Atlantique forte d’avoir organisé Deux slaloms, Deux parcours, Un Week-end en 2022, renouvelle cela pour 2024 pour les 10e et 11e éditions du slalom du Pays d’Ancenis sur le circuit Roger Gaillard à Ancenis.

L’ASA Nantes Atlantique est heureuse d’organiser se double slalom FFSA dans le calendrier de la Ligue Bretagne Pays de la Loire. Merci à l’ASK d’Ancenis de nous laissez organiser sur leur piste de karting Roger Gaillard sans oublier Renault Ancenis du Groupe Guilmault, Elf, Jimmy Rousseau-JR Compétition et bien d’autres.
Nous ne changeons rien, les pilotes s’affronteront sur la piste le Samedi 11 Mai dans le sens anti-horaire, le second slalom aura lieu le Dimanche 12 mai dans sa configuration habituelle.
Il s’agit bien de deux slaloms indépendants, deux parcours différents, mais un seul site et surtout un seul déplacement pour les concurrents qui viennent de loin et la possibilité de marquer de gros points en peu de temps pour la Coupe de France des slaloms FFSA et le Championnat de la Ligue Bretagne Pays de la Loire des Slaloms 2024 pour participer ou non à la Finale.
Ayant la possibilité de s’engager pour un seul slalom ou les deux slaloms, voir les règlements disponibles ici pour le 11 mai et pour le 12 mai ainsi que les horaires sur le site internet www.asa-nantesatlantique.fr.

Les vérifications administratives et techniques auront lieu dès le Vendredi à partir de 15H00.

Au sujet du prix de l’engagement, là aussi l’ASA Nantes Atlantique est à l’écoute de nos amis pilotes. L’engagement pour un slalom est de 90€, Si engagement pour les deux slaloms, il sera de 170€ soit 85€ par slalom. L’ASA Nantes Atlantique va vous proposer aussi un engagement à 85€ au lieu de 90€ pour le slalom de St Michel Chef Chef (44) pour les pilotes qui auront fait les slaloms d’Ancenis.

Le circuit Roger Gaillard à Ancenis possédant des infrastructures dignes des meilleurs circuits automobiles Français, les novices pourront aussi s’essayer au sport automobile, au volant de leurs voitures personnelles, en s’engageant avec une licence à la journée proposée par la FFSA et mise en oeuvre par l’ASA Nantes Atlantique (licence à la journée + certificat médical de non contre-indication auprès d’un médecin AVANT l’épreuve + engagement à l’épreuve : voir bientôt le règlement dans l’espace concurrents).
Ces slaloms se dérouleront sur le circuit de karting mesurant 1170 mètres de long (7 mètres de large), sur 2 tours avec 3 chicanes, soit 2000 mètres. Après des essais libres et chrono le matin, les slaloms donneront lieu à 4 manches le Samedi et 4 le Dimanche. une en fin de matinée et les autres l’après midi pour retenir le meilleur temps de chacun des concurrents et établir le classement général.
L’affichage des temps en direct sur écran à la buvette.

Nous aurons la même organisation pour le Samedi ou le Dimanche, 6 manches complètes sur notre épreuve (sauf si les conditions météo se déchaînent contre vous et nous) avec 2 manches d’essais libres/chronos et 1 manche de course le matin + 3 manches l’après midi après une pause d’1h environ pour se restaurer !!.
Soit 4 manches de course pour 12 000m de compétition sur la journée, avec le meilleur temps retenu pour le classement général !!! .
Remise des prix sur le podium aussitôt le classement affiché (vers 18h15- 18h30) avec trophées de l’organisation et sans dotation financière.
Et comme chaque année, un apéro convivial, offert par l’ASA Nantes Atlantique, se tiendra le Samedi soir vers 19h30 au pied du podium : nous y invitons tous les pilotes et leurs équipes, les partenaires, les officiels, les membres de l’ASA Nantes Atlantique et les bénévoles de l’organisation.

Infos pratiques :

  • Accueil des concurrents du slalom pour leur installation sur le parc pilotes le Samedi à partir de 14h00 avec accès aux blocs sanitaires/douches durant tout le week-end
  • L’ensemble des horaires du slalom (vérifications, essais, manches, remise des prix, etc.) est disponible sur le règlement des épreuves dès que possible.
  • Pensez à commander le Vendredi et le Samedi avant 19h00 à la buvette baguettes et viennoiseries fraîches pour les récupérer le lendemain à partir de 7h00 pour votre petit déjeuner !!!
  • Vérifications administratives et techniques le Vendredi 10 Mai à partir de 15H00 ou le Samedi 11 au matin et Samedi 11 au soir ou le Dimanche 12 Mai au Matin.

Prochain Rendez Vous :
Nous sommes très heureux de vous annoncer la création d’un Slalom sur la piste de Karting de St Michel Chef Chef (44). Il va avoir lieu le Dimanche 29 Septembre 2024.

ASA Nantes Atlantique

Lire la suite

24 Heures du Mans 2024 – Des animations pendant plus d’une semaine et un village exceptionnel !

Le samedi 15 juin prochain, à 16 h, sera donné le départ de la 92ème édition des 24 Heures du Mans, 4e manche du FIA WEC. Après avoir révélé le programme de cette course hors-normes en janvier dernier à l’occasion de Rétromobile, l’ACO est heureux de dévoiler le détail des animations.  
 
DES FAN ZONES, UN VILLAGE CONSTRUCTEURS ET UN VILLAGE HYDROGENE
 
A partir du mardi 11 juin, cinq fan zones seront ouvertes dans l’enceinte du circuit :  
• Fan Zone Compétition
• Fan Zone Family
• Fan Zone Concert
• Fan Zone Porte Est
• Fan Zone Panorama
 
Au sein de ces espaces, accessibles à l’ensemble du public, de nombreux points de restauration, des zones de repos, écrans géants et activités thématiques seront proposés. Des jeux en plein air, de la tyrolienne, une kids zone by Journal de Mickey ou encore des simulateurs : il y en a pour tous les goûts et pour tous les âges !
 
Les fans pourront également découvrir un village constructeurs, où seront présents Toyota Gazoo Racing, Porsche, BMW M, Alpine, Ford et Lotus, mais également le village des 24 Heures du Mans, où de nombreux exposants tels que Peugeot, Ferrari, Rolex ou encore TotalEnergies viendront proposer des activations pour les spectateurs. Enfin, un village hydrogène permettra au public de découvrir, notamment, différentes voitures utilisant cette technologie. 
 
APRES LE SHOW DU CENTENAIRE, LE SHOW DES 24 HEURES DU MANS ! 
 
En 2023, le “Show du Centenaire” avait été un moment fort en émotions sur le circuit. Retraçant l’histoire de la mythique course, il avait mobilisé 400 drones et un spectacle de pyrotechnie. Pour cette année, l’ACO a souhaité reconduire ce show, qui se déroulera le samedi 15 juin, à partir de 23 h 15, après le concert de Simple Minds. Pendant que les 62 concurrents batailleront en piste, le public fera une exception et lèvera les yeux au ciel l’espace d’un moment. Le groupe Synapson plongera les spectateurs dans l’ambiance en accompagnant ce show extraordinaire, désormais moment phare des 24 Heures du Mans. 
 
SUR LA PISTE, UNE SEMAINE DE SPECTACLE 
 
Après le traditionnel Pesage et la Journée Test, les passionnés retrouveront le circuit à partir du mardi 11 juin. Séance de dédicaces, visite des stands ou encore Pit Stop Challenge sont au programme. 
 
Le mercredi, place à la piste ! Après différents essais des courses support en matinée, dont le Lamborghini Super Trofeo qui fera ses débuts sur le circuit, les premiers Essais Libres et Qualificatifs des 24 Heures du Mans prendront place. Enfin, le soir, le premier concert de la semaine se déroulera sur le circuit. 
 
Le jeudi, rendez-vous à 20 h pour assister à l’Hyperpole ! Cette séance spectaculaire laissera 24 concurrents (8 en Hypercar, 8 en LMP2 et 8 en LMGT3) rivaliser sur les 13,626 km du circuit, en pleine recherche de la vitesse pure, et sans contrainte de trafic. 
 
A l’instar du mardi, la journée du vendredi 14 juin est destinée aux spectateurs. Après la Fun Cup le matin, l’ensemble des bénévoles sera à nouveau mis à l’honneur sur la piste. La piste sera par la suite ouverte au public à partir de 15 h. Un moment d’exception pour les spectateurs, qui pourront fouler la piste des 24 Heures du Mans. Une activité accessible à toute personne en moyen de transport doux : à pied, à vélo, en trottinette ou en rollers. En parallèle, à partir de 16 h, la célèbre parade des pilotes organisée par Classic Automotive traversera Le Mans. S’en suivra un concert sur le circuit pour bien clôturer la journée. 
 
Le moment tant attendu, le départ des 24 Heures du Mans, se déroulera le samedi 15 juin à 16 h. Rendez-vous dans quelques jours pour découvrir l’identité du Starter officiel de l’épreuve, qui sera à nouveau une personnalité connue de tous, une légende mondiale. Avant cet instant crucial, de nombreuses animations viendront faire monter la pression, dont plusieurs courses support comme Road to Le Mans et l’arrivée du drapeau tricolore par hélicoptère. Cette journée du samedi se clôturera par le Show des 24 Heures du Mans.
 
Rendez-vous le dimanche 16 juin à 16 h pour connaître le grand vainqueur ! Qui de Ferrari, Toyota, Cadillac, Peugeot, Porsche, Alpine, BMW, Isotta Fraschini ou Lamborghini remportera cette édition qui s’annonce unique sur le plan sportif ? 
 
Les dernières places pour assister aux Essais, à l’Hyperpole et aux concerts de Louise Attaque et BigFlo & Oli !
 
Après avoir annoncé que les billets Entrée Semaine – Course et Week-End Course étaient épuisés, l’ACO informe que les dernières places pour assister aux Essais, à l’Hyperpole et pour profiter des concerts du mercredi et du jeudi sont disponibles. Ces billets sont compatibles avec l’offre Green Ticket, qui permet de valoriser les modes de transport doux. 
 
Rendez-vous sur https://ticket.24h-lemans.com/content pour réserver vos billets !
 
Automobile Club de l’Ouest
 
 
Lire la suite

Calendrier interactif

Qui dit nouveau site, dit nouvelles fonctionnalités !

Nous vous présentons donc notre nouveau calendrier interactif disponible directement dans le barre du MENU GENERAL en entête du site.

Voici comment il fonctionne :

  • Lorsque vous cliquez sur Calendrier, la page suivante s’affiche :

  • Vous pouvez alors sélectionner l’évènement qui vous intéresse, ce qui ouvrira une fenêtre “popup” :

  • Cliquez ensuite sur “Plus d’info” pour accéder aux différentes informations liées à l’épreuve :

Bien entendu, les informations seront ajoutées au fil du temps en fonction de leur mise à disposition.

Amis organisateurs, nous vous invitons donc à nous contacter grâce au Formulaire de Contact onglet MEDIA/WEB afin de nous transmettre vos documents.

Lire la suite